(BG, RU)

 

suivant precedent Retour vers: [Christo Botev][SLOVOTO]



La lutte


La jeunesse se passe en douleur, en misère.

Dans les veines, le sang s'agite amèrement.

Le reagard s'assombrit, la raison ne voit pas

Si c'est le bien, le mal qui vient à sa rencontre...

Des souvenirs pèsent sur l'âme, lourdement;

La mémoire enragée les ranime sans cesse.

Dans le cœur nul amour, nul atome de foi,

Nul espoir de pouvoir réveiller un seul mort,

Un seul homme sensé, un seul homme valable!

Chez nous, les gens sensés passent pour des déments

Et l'imbécile, par chacun est estimé:

"Il est riche", dit-on, mais qui donc lui demande

Combien d'êtres humains il a livrés aux flammes,

Combien de malheureux il a spoliés, lolés,

Combien, devant l'autel, il a trompé son Dieu

Par prières, serments et mensonges fieffés.

Et ce bourreau du peuple est servi à genoux

Par le pope et l'eglise et, devant lui, s'incline

Ce butor insensé, notre maître d'école

Qui s'en va devisant philosophiquement

Avec le journaliste et tous deux reconnaissent

Que la crainte de Dieu est le commencement

De la sagesse... Arrêtons-nous, ceci fut dit

Par un Conceil de loups en toisons de brebis

Pour poser la première pierre du mensonge

Sanctifié, pour qu'à jamais l'esprit de l'homme

Soit lourdement rivé dans d'implacables chaînes.

Et le grand Salomon, ce tyran débauché

Rangé, depuis longtemps, au fond du Paradis

Avec ces paraboles, parmi tous les saint,

A proclamé, pour des idiots, une ânerie

Que le monde répète jusqu'aujourd'hui:

"Tu dois craindre ton Dieu et vénérer ton roi."

Sacro-sainte bêtise! Des milliers d'années

Conscience et Raison t'ont combattue en vain,

Les combattants sont morts dans les pires supplices,

Ils ne pouvaient rien faire contre la misère.

Les hommes, habitués à supporter le joug,

N'ont pas cessé de révérer la tyrannie.

Si la main est de fer, humblement ils l'embrassent,

Si la parole ment, ils lui donnent leur foi.

"Tais-toi, sois patient, supplie quand on te bat,

Et si la bête sans pitié t'écorche vif,

Si les loups, les serpents s'abreuvent de ton sang,

Renonce au monde, en Dieu seul mets tout ton éspoir:

Je t'implore, Seigner, aie pitié, j'ai péché

Et pliant les genoux, prie et crois fermement:

Le Dieu clément ne châtie bien que ceux qu'il aime."

 

Ainsi va le monde! Esclavage et mensonge

Sur la terre maudite ont fondé leur royaume

De génération en génération.

 

On se transmet leur héritage, jour et nuit.

Mais dans ce vil royaume où le crime est la loi,

Royaume de péché, de lâcheté, de larmes,

Royaume de douleurs, de malheur infini,

La lutte bouillonnante avance à pas rapides

Vers les sommets et vers osn dénouement sacré...

Nous crierons: "Du pain ou du plomb!"

 


suivant en haut precedent Retour vers: [Christo Botev][SLOVOTO]
© 1999-2017, Slovoto. WEB development - © Plamen Barouh