(BG)

 

suivant precedent Retour vers: [Christo Botev][SLOVOTO]



Rapt d'une jeune fille consentante


La flûte joue dans la clairière

A l'orée de la forêt.

La belle Stoyana s'en va

Emplir sa cruche à la fontaine.

 

Du jardin appelle et crie

Sa tante qu'elle déteste:

"Perds-tu la tête Stoyana,

De sortir de si grand matin?

 

Arrête! nous irons ensemble."

Puis elle court chez la mère

Pour dénoncer Stoyana

Qui s'en va dans la clairière.

 

quand la vielle mère arrive

Sur la haute véranda,

Elle se met à pleurer

En apercevant au loin

 

Le drapeau couleur de sang

Au milieu des insurgés

Et Stoyana - tache blanche

Dans les bras de Doïtchine.

 

Quand il a vu s'avancer

Sa chérie, sa bien-aimée,

D'entre les gars il a bondi

Et, du doigt, il l'a montrée:

 

"Eh! compagnons, levez-vous!

La voilà qui vient - regardez:

C'est mon oiseau de la forêt,

C'est ma petite fiancée!"

 

Tout joyeux, il s'en est couru

Vers Stoyana, la toute belle,

Et quand elle lui a souri

Son fusil fut de la fête.

 

A son tour la droujina tire

Et chante la Veille des noces

Stoyana ouvre les bras

Son jeune amoureux l'étreint.

 

Mais la pauvre vieille mère,

Voyant cette trahison,

Verse des pleurs et maudit

La fille et son séducteur:

 

"Que jamais tu ne fleurisses,

Fille ingrate, près de lui,

Que, chaque jour, tu dépérisses,

Clouée au lit un an durant!

 

Que la maladie te possède,

Que la scrofule te dévore,

Et que Doïtchine n'échappe

Ni à la prison, ni aux chaïnes!

 

Ce haïdouk qui t'a séduite,

Puisses-tu le voir empalé,

Lui qui se moque de toi

Avec les nymphes des forêts,

 

Lui qui m'a pris ton grand frère

Pour en faire un rude haïdouk.

Et maintenant qui t'entraîne

A quitter ton père et ta mère!"

 

Ces imprécations réveillent

Le vieux père de Stoyana.

Il sort de sa chambre, effaré

Frappant sa tête de ses poings.

 

Mais quand il voit Doïtchine,

sa fille et son fils aimé,

Passant la main dans sa barbe,

Il s'adresse à la forêt:

 

"Forêt, ma mère chérie,

Tant d'années tu m'as nourri,

Forêt, moi, le vieux rebelle,

Avec mes gars bien choisis!

 

Et ces enfants, nourris-les.

Tant que le soleil luira,

Tant qu'un oiseau chantera

Que ce drapeau se déploie!"

 


suivant en haut precedent Retour vers: [Christo Botev][SLOVOTO]
© 1999-2017, Slovoto. WEB development - © Plamen Barouh